Senghor a eu l’idée de réaliser un vaste établissement dédié aux cultures africaines. Abdoulaye Wade a réactivé le projet dans les années 2000 et le musée est finalement inauguré le 6 décembre 2018.

Ce musée a été construit par l’entreprise chinoise Shanghai Construction Group.

Il s’agit d’un immense bâtiment circulaire planté au-dessus du port, à l’architecture inspirée du patrimoine local : une forme ronde reprenant celle des cases traditionnelles avec, au dernier étage, un puits de lumière rappelant les impluviums de l’habitat de Casamance. Il dispose aussi d’un auditorium de 150 places.

Le projet a finalement été mis en œuvre en 2009, avec l’appui de la coopération chinoise. Mais l’équipe du musée risque de se heurter à des difficultés de taille dans la constitution du fond d’œuvres et des archives : la mémoire de l’Afrique est souvent consignée loin du continent.

Pour s’atteler à la tâche ardue d’animer et de gérer ce musée de 13 785 m2, sur quatre étages, comprenant des salles d’expositions, de conférence, et un auditorium de 150 places, et être à la hauteur des ambitions annoncées, il faut des compétences diverses, et spécifiques, alliées à un budget conséquent. Les techniciens du musée vont être encadrés par la coopération chinoise, pour ce qui est du transfert des technologies, mais les formations dans ce domaine sont rares au Sénégal. Depuis quelques années, l’Université Gaston Berger de Saint-Louis est le seul établissement à proposer une formation aux métiers du patrimoine (gestion du patrimoine et des institutions, médiation, restauration de biens).

 

L’équipe du Musée doit acquérir une collection remarquable d’œuvre d‘art, se constituer un fond, une réserve. L’IFAN de Dakar, en son temps, avait pu constituer sa collection grâce à l’obstination de Théodore Monod, et il n’est pas certain que de nos jours la tâche soit plus aisée. Les prix des œuvres d’art premier africain ont atteint des sommes vertigineuses. Ces sculptures, à l’origine intermédiaires avec le divin, acquises par la force pendant la colonisation, sont devenues depuis le début de XIXe siècle des objets de consommation de luxe en occident.

Tous les territoires colonisés depuis le XIIIe siècle sont concernés par ce pillage de leur mémoire. Pour les pays d’origine de ces œuvres qui témoignent de l’Histoire et de la culture précoloniale, les récupérer est une mission presque impossible. Les victoires sont rares. Les œuvres réclamées actuellement par le Bénin témoignent de la situation.

UNE MISSION COMPLEXE

Un musée n’est pas qu’une salle d’exposition. C’est aussi là que se collecte la mémoire, sous toutes ses formes. La plupart des grands musées dans le monde proposent aux visiteurs de consulter des archives. Le Musée des Civilisations Noires constituera-t-il une bibliothèque-médiathèque ? Si c’est le cas, ce qui est souhaitable, la mission risque d’être complexe. Dans les domaines photographique et audio-visuel, pour la période post-1970, dans toute l’Afrique francophone, les archives sont en France. Les images d’actualités d’époque sont détenue par la société Pathé, alors producteur des informations projetées en salle de cinéma avant les films, et diffusées en télévision.

Au Sénégal, depuis sa création en 1970, la RTS a pris le relais, et le quotidien le Soleil a soigneusement conservé ses archives depuis cette année-là, bien que préexistant. Le groupe de presse GFM met aussi à disposition du public une médiathèque. Les films sénégalais, et africains, documentaires et fiction, produits après les Indépendances, souvent avec des co-productions françaises, ne sont aussi archivés pour la plupart qu’à la Cinémathèque Afrique, à Paris, fermée au public, qui les conserve jalousement. Peu d’entre eux sont disponibles sur le marché en DVD, et non seulement les chaînes de télévision sénégalaises ne diffusent que très rarement des productions locales, mais, si certains médias internationaux comme TV5 monde ou CANAL + diffusent des films africains, ce ne sont que des productions récentes… Le public n’a donc pratiquement, pour l’instant, aucune chance de les voir.

 
 

L’ouverture du Musée des Civilisations Noires, dont l’appellation est ambitieuse, coïncide à quelques mois près avec celle du National Museum of African American History and Culture (NMAAHC), inauguré par Barack Obama à Washington, le 24 septembre. Des partenariats entre ces deux musées seraient souhaitables, dans un esprit d‘enrichissement mutuel, afin de reconstituer, et de partager au plus grand nombre, une Histoire longtemps confisquée. Car, à force d’occulter, de laisser partir dans le vent les traces de la Mémoire africaine, on a finit par récolter une tempête d’individus troublés, en quête d’identité, de valeurs, de leur véritable Histoire.

La valorisation du patrimoine culturel africain est une démarche vitale pour toute l’Humanité, née en Afrique, qui, comme le dit l’adage, devrait regarder d’où elle vient si elle ne sait plus où elle va.

 

ASA MEMBERSHIP FEE

You can now use paypal to pay your membership fee.

Amount